Tapis dans l’ombre, le Racing 92 fait son chemin

Le Racing 92 s’est imposé samedi soir (29-24) face à une vaillante équipe grenobloise qui repart de Colombes avec un bonus défensif. Dans un match qu’on annonçait délicat à manœuvrer, les Racingmen ont dû s’employer et faire entrer un banc plus entreprenant pour renverser la vapeur (14-17 pour Grenoble à la 45e). A 12 journée et 4 points du second Bordeaux, le Racing 92 est encore là…

Un FCG joueur, comme prévu

Les week-ends commencent à se suivre et à se ressembler en Isère… Encore une fois, les grenoblois ont bien cru pouvoir faire un coup, cette fois sur les terres du champion de France. Certes, c’est un essai refusé logiquement à Boucher à la 79e, après arbitrage vidéo, qui mettra fin aux derniers espoirs de victoire des grenoblois. A l’image de cette belle offensive de 80m conclut par Alexandre, le FCG aura montré beaucoup d’envie mais aussi ses limites, lorsque les avants du Racing 92 sont montés en régime. Désormais dernier du Top 14 à 7 points du premier relégable Pau, la mission maintien s’annonce toujours aussi délicate.

Les avants et le banc à l’honneur

Dire que les Racingmen ont utilisés la « manière lourde » pour venir à bout des grenoblois n’est pas usurpé ! 3 essais d’avants: Nyanga, Szarzewsky, Van der Merwe avant celui de Chavancy. Oui mais pas que. Car c’est une nouvelle charnière qui entre en jeu dès la 54e (Dambielle-Chauveau pour la paire Talès-Hart) mais aussi Masoe alors que le Racing 92 est mené 14-17. Un autre style de jeu, plus offensif et percutant aussi, alors que les grenoblois viennent de perdre Aplon un peu plus tôt. « La victoire était primordiale » rappela Chavancy en fin de match. C’est donc une équipe « mixte » du Racing 92 qui s’en tire plutôt bien et qui devrait ressembler à celle qui se déplacera le 3 décembre à La Rochelle. Sait-on jamais…

Le fil du match

6e Essai de Nyanga. Transformation de Hart. 7-0

10e Essai d’Alexandre suite à un très beau mouvement. Wisniewski transforme. 7-7

30e Essai de Szarzewsky, qui aplatit un ballon porté aux 5ms grenoblois. Hart transforme. 14-7

35e Pénalité de Wisniewski. 14-10

Mi-temps 14-10

45e Essai de Bouchet, après un ballon perdu  dans ses 10ms par le Racing 92 en touche. Transformation de Wisniewski. 14-17

56e Essai de Van der Merwe, passe en force et dépose le ballon derrière la ligne après une mêlée grenobloise dans ses 5ms. Dambielle transforme. 21-17

64e Essai de Chavancy, après un beau travail de Laulala. Dambielle manque la transformation. 26-17

69e Pénalité de Dambielle. 29-17

72e Essai de Farrell pour Grenoble, qui aplatit entre deux Racingmen après une bonne transmission de Mc Leod. Transformation de Bosch. 29-24.

80e Fin du match.

Victoire du Racing 92: 29-24

Test match pour le Racing 92

Le Racing 92 reçoit ce samedi à 17h, l’avant-dernier du Top 14: Grenoble. Dans son stade historique du Manoir, encore invaincu cette saison, les Racingmen devront redoubler de prudence et d’humilité face à un adversaire qui lutte déjà pour sa survie en Top 14. Au champion de se rappeler ce proverbe chinois: « Qui veut gravir une montagne commence par le bas »…

Grenoble, le chemin de croix

C’est un début de saison cauchemardesque pour les Grenoblois. 2 victoires en 11 matchs pour une avant-dernière place, un petit point devant Bayonne. Pourtant, il semble qu’il ne manque pas grand-chose pour inverser la tendance, surtout aux vues des deux dernières prestations (Défaites contre Bordeaux 22-24 puis Clermont 21-20). L’arbitrage a été pointé du doigt, il a laissé un gout amer dans le groupe. Mais de la bouche de l’ancien ouvreur maison, Jonathan Wisniewsky, c’est le mot « exploit » qui revient le plus souvent, pour décrire les prochaines échéances des isérois. A noté le retour du demi de mêlée sud-africain Charl Mc Leod dans le groupe (suite à sa suspension face à Brive).

Gagner au mental

Sans Machenaud, Chat, Nakarawa, Goosen (sélections) ni Carter blessé (mollet), le Racing 92 pourra compter sur Lauret et Dulin (libérés par Novès). Mais le match se gagnera avant tout dans les têtes, contre une équipe qui viendra jouer son va-tout contre le champion en titre. Un bon test avant les réjouissances prochaines, le déplacement à La Rochelle puis la double confrontation capital contre Glasgow à la mi-décembre. Un match qui, à y regarder de près, est plus important qu’on ne le pense…

Les compositions

Le XV du Racing 92:

Dulin ; Rokocoko, Chavancy, Tuitavake, Imhoff ; (o) Tales, (m) Hart ; Nyanga, Claassen, Lauret ; Van der Merwe, Carizza ; Ducalcon, Szarzewski, Brugnaut.
Remplaçants : Lacombe, Afatia, Grobler, Masoe, Chauveau, Dambielle, Laulala, Gomes Sa.

Le XV de Grenoble :

Aplon ; Sawailau, Farrell, Estebanez, Batlle ; (o) Wisniewski, (m) Saseras ; Alexandre, Grice, Kimlin ; Muldowney, Roodt ; Edwards, Jammes, Coulson.
Les remplaçants : Bouchet, Dardet, Capelli, Hayes, McLeod, Bosch, Hunt, Desmaison.

Le Racing 92 enchaîne enfin !

Il fallait garder patience, samedi soir à Colombes où le Racing 92 est finalement venu à bout de Montpellier (21-9). Dans ce duel de poids lourds, souvent fastidieux, la victoire s’est dessinée en fin de match grâce aux essais de Chavancy (72e) puis Chauveau (77e) alors que le MHR a poussé en vain pour obtenir un bonus défensif. Nous retiendrons donc surtout la 3ème victoire consécutive de la saison, qui permet au Racing 92 d’être toujours en embuscade, à 4 points du deuxième La Rochelle.

Un match rapidement cadenassé

3 pénalités et un score maigre (3-6) en faveur des cistes en première mi-temps. Aucune équipe n’a voulu prendre le risque de mettre en danger une quelconque son organisation tactique. Résultat : Trop peu d’initiative et surtout l’impression d’attendre que l’autre en face commette la faute de trop. A ce petit jeu, ce sont les Racingmen qui l’emportent, alors que leur mêlée a longtemps souffert et qu’ils n’ont pas réussi à concrétiser 2 temps forts en 1ère mi-temps (ballon porté à la 17ème et une belle percée de Rokocoko).

L’éclair de Chavancy

Lorsque c’est souvent le cas encore cette saison, le Racing 92 peut compter sur les éclairs de ses grands joueurs. C’est donc un exploit personnel qui débloqua tardivement la partie, la ruée de Chavancy, ne laissant personne mettre la main sur lui et aplatissant dans l’en-but à la 72ème minute.

On notera la bonne performance de Goosen au pied, toujours à l’aise de son pied sur les pénalités et plus encore sur une action (37e) dont lui seul a le secret : Feinte de passe, lob au-dessus de la défense, récupération puis passe. On en redemande!

Attention aux 2 prochaines rencontres pièges contre les « mal-classés » du Top 14; A Pau puis Grenoble à la maison, avant de partir pour la Rochelle.

Le fil du match

14e Pénalité pour Botica 0-3

30e Pénalité de Goosen 3-3

33e Pénalité de Botica de 40m 3-6

Mi-temps

52e Pénalité de Goosen dans l’axe à 40m 6-6

59e Pénalité de Goosen 9-6

62e Pénalité de Botica 9-9

68e Remplacement de Talès par Dambielle

72e Essai de Chavancy, prise d’intervalle dans les 22m du MHR et après 2 raffuts, conclut son action. Goosen ne transforme pas. 14-9

77e Essai de Chauveau, après vérification vidéo, l’arbitre valide l’essai, la conclusion de l’essai est jugée dans le même mouvement. Goosen transforme. 21-9

Fin du match. Victoire du Racing 92 par 21 à 9

R92 vs MHR Confirmation attendue du champion !

Voilà la 10ème journée de Top 14 et c’est Montpellier qui viendra défier samedi soir (20h45) le champion en titre, invaincu jusqu’à présent sur ses terres. Un champion qui, grâce à sa précieuse victoire la semaine dernière à Bayonne (16-3) reste à l’affût, comme un maillot jaune du Tour de France, au milieu du peloton (7ème avec 22 points). Objectif: Valider cette première victoire à l’extérieur et revenir au classement sur les pas du visiteur du jour…

Montpellier, plus qu’un simple outsider ?

Samedi soir, Montpellier va savoir s’il a les épaules pour suivre la cadence infernale imposée par Clermont, leader avec déjà 32 points, soit déjà 10 de plus que le Racing 92 ! Cela passera par une performance chez le champion de France, mais dans le cas contraire, ils verront les Racingmen se repositionner à leur niveau.  Un match à double tranchant. D’autant plus que les partenaires d’Alex Dumoulin sont toujours à la recherche d’un match référence face à un « gros » du Top 14, eux qui ont déjà été battu deux fois à l’extérieur contre Toulouse et Toulon, puis à domicile contre Clermont. Pourtant cette saison le banc est plus large, et les ¾ toujours aussi redoutables, notamment Martin, Tomane ou Nadolo qui seront surement du déplacement…

Les « doublons » sur le pied de guerre

Le Racing 92 s’est préparé à cette rencontre sans 5 de ces joueurs retenus par Novès (Chat, Ben Arous, Lauret, Machenaud et Dulin). Pour être optimiste, on se souvient que le Racing 92 avait plutôt bien gérer l’absence de ses internationaux en début de saison dernière, pendant la coupe du monde. Mais en cette nouvelle saison où la mayonnaise tarde à prendre, ou lorsque l’équipe « type » marche à tâtons,  les espoirs se portent sur les dernières recrues du club. Sans langue de bois, les débuts sont relativement mitigés pour Hart, Afatia ou Tuitavake. Occasion leur est donnée, samedi soir, de montrer à Colombes qu’ils ont le niveau du champion de France !

R92 vs MUN – Ca sent bon l’Europe !

C’est donc la reprise tant attendue de la coupe d’Europe ce dimanche à Colombes, avec la venue de la province irlandaise du Munster. Le Racing 92 n’est pas parti sur les chapeaux de roues en Top 14 (8ème avec 18pts) comme si il attendait de sentir à nouveau le parfum si particulier de la coupe d’Europe pour lâcher enfin les chevaux. Cela tombe bien, car dans cette poule qui semble plus relevée que la saison dernière (Leicester, Glasgow et donc Munster), il faudra indubitablement passer à la vitesse supérieure…

Munster, retour d’un Grand d’Europe ?

Finaliste en 2000 puis 2002, vainqueur en 2006 et 2008, la province du Munster faisait figure d’épouvantail il y a 15 ans. Depuis ? Pas grand-chose à se mettre sous la dent. La saison dernière, le club n’est pas sorti de sa poule qui comprenait notamment le Stade Français, Leicester et Trévise. Pis, ce sont les modestes voisins irlandais du Connacht qui célébrèrent le dernier titre en Guinness pro 12… Actuellement 5ème après 6 journées, à 3pts du leader Ulster, le Munster semble avoir repris quelques couleurs, malgré la défaite à Dublin le week-end dernier face au Leinster (25-14). Attention aux internationaux irlandais qui composent l’équipe des Munstermen, le centre et ailier Keith Earls mais surtout le capitaine et flanker Peter O’Mahony (qui revient de blessure). L’arrière Simon Zebo sera absent (côte cassée)

« Faire mieux que l’année dernière » (Chavancy)

La reprise de la coupe d’Europe coïncide avec le retour en club du fraichement élu « meilleur joueur du Top 14 2016 », Johannes Goosen. Après un Four Nation compliqué pour les Springboks (seulement 2 victoires) l’international sud-africain officiera en tant qu’ouvreur. Pas de surprise ailleurs. Dans cette poule relevée, où chaque point va compter, la qualification se jouera sur les bonus. Le Racing 92 sait qu’il doit en imposer d’entrée de jeu face à ces irlandais, et lancer en même temps un message clair au groupe en bloquant rapidement la première place. Et engranger pour la suite, une bonne dose de fighting spirit !

Le groupe du Racing 92

Dulin ; Rokocoko, Chavancy, Tuitavake, Imhoff ; (o) Goosen, (m) Machenaud ;Nyanga, Masoe, Lauret ; Carizza, Nakarawa ; Tameifuna, Chat, Ben Arous.
Les remplaçants : Lacombe, Afatia, Gomes Sa, Van der Merwe, Dubarry, Hart, Tales, Vulivuli.

R92 vs SFP – Pas de quoi fouetter un chat

Courte victoire mais victoire précieuse du Racing 92 qui s’est imposé en toute fin de match face au voisin parisien 29-22. Au milieu de cette sombre « affaire des corticoïdes » sortie juste avant le derby (et qui s’est avéré être un pétard mouillé comme on pouvait s’en douter), le Racing 92 souffle un bon coup. En effet, avant de se déplacer dans 2 semaines chez la lanterne rouge bayonnaise, et d’entamer sa campagne européenne face au Munster ce week-end, les Racingmen reviennent à 4pts du 3ème (Toulon).

Le Stade Français sans point mais avec des regrets       

Ils étaient venus avec un état d’esprit conquérant et repartent sans point de Colombes. Les parisiens s’étaient pourtant rapidement installés dans le camp ciel et blanc en première mi-temps, menant 16-10. Forte domination certes, mais à quel prix ? Les stadistes rentrent au vestiaire en perdant leur centre Doumayrou (déchirure) et en encaissant un essai sur une passe sautée de Dupuy qui finira dans les bras d’Imhoff. Macalou, le 3ème ligne parisien le plus percutant ne suffira à faire plier le Racing 92, au contraire, le stade cédera à la dernière minute sur un ultime essai de Camille Chat. Le réalisme était bien du côté du Racing 92…

« Beaucoup de caractère »

La tête sous l’eau une bonne partie du match, le Racing 92 aurait pu se noyer à tout moment. Mais les Racingmen ont patiemment résisté (grâce notamment à un Machenaud impeccable au pied 6/6) juste en dessous de la surface avant que le coup puissant du talonneur ne s’extirpe pour libérer l’équipe et faire se lever d’un seul homme le stade sur la dernière action. D’accord, pas de quoi jaser offensivement parlant (Talès s’est fait copieusement remué) et au vue de la physionomie du match, le Racing 92 s’en tire à bon compte. Mais si on y voyait plutôt un signe de bonne (et future) étoile avant le début de la campagne européenne ?…

Le Fil du match

5e Pénalité de Dupuy 0-3

11e Essai d’Imhoff, intercepte une passe sautée imprécise de Dupuy et termine seul sa course dans l’en-but parisien. Machenaud transforme. 7-3

16e Pénalité de Dupuy 7-6

32e Pénalité de Dupuy 7-9

38e Essai d’Arias. Macalou percute la défense du Racing 92, le ballon arrive sur Arias à l’aile, qui raffûte Talès avant d’aplatir. Trnasformation de Dupuy. 7-16

39e Pénalité de Machenaud. 10-16

Mi-temps

43e Pénalité de Machenaud 13-16

48e Pénalité de Machenaud 16-16

56e Carton jaune pour Dupuy (en-avant volontaire)

57e Pénalité de Machenaud 19-16

59e Carton jaune pour Tameifuna (accumulation de faute)

64e Pénalité de Bosman 19-19

71e Pénalité de Machenaud 22-19

76e Pénalité de Plisson 22-22

79e Essai de Chat. Machenaud transforme. 29-22

80 Fin du Match. Victoire du Racing 92: 29-22

Designed by Soccer Blogger - And Hafid MELIANI