Le Champion des Grands soirs

Il n’y a pas vraiment eu photo, dimanche soir, dans ce choc entre les deux derniers finalistes du Top 14. Avec « seulement » 11 points d’écart à la fin du match, le score (41-30) serait presque flatteur pour le triple champion d’Europe qui a tout de même encaissé la bagatelle de 6 essais, le Racing 92 menant 41-16 jusqu’à la 70ème minute. Au final, une bonne copie, bien qu’entachée par une fin de partie un peu brouillonne. De quoi se montrer confiant avant les 2 prochaines missions périlleuses à Castres, puis à Brive

Un RCT pourtant bien armé

Etant donné l’atmosphère qui règne sur la rade en ce moment, les meilleurs atouts du RCT avaient été mobilisés pour ce rendez-vous à Colombes. Mais à l’image d’un Nonu rapidement KO et sorti en première mi-temps, la défense rouge et noir a été impuissante face aux cadrages d’Imhoff quand ce n’était pas les grigris de Carter, encore intenable au milieu de l’attaque francilienne. Le pied d’Halfpenny maintenait Toulon dans le match, tandis que Trinhduc, l’un des rares à surnager, tentait d’apporter tant bien que mal sa vivacité dans les phases offensives. Il y a encore de quoi se gratter la tête pour le staff rouge, qui passera à l’épreuve Clermont dès la semaine prochaine.

Quelques points à surveiller

Continuer à travailler. C’est le mot d’ordre côté Racing 92. Pas d’emballement même si la force de frappe à répondu à l’appel, il y a aussi de quoi faire. Les 14 points encaissés dans les 10 dernières minutes font tâche. Vu le niveau et le rythme imposé toute la partie, le champion s’est tiré une balle dans le pied avec ce carton jaune (68e,Gomes Sa) et aurait pu même gâcher une fête qui avait si bien commencer. Nakarawa et Grobler viendront prochainement renforcer un effectif déjà riche, avec l’objectif de conclure les matchs plus proprement à domicile, et de profiter d’une palette plus large pour les matchs extérieurs. Réponse dès la semaine prochaine à Castres…

Le Fil du match

6e Pénalité d’Halfpenny 0-3

12e Pénalité de Carter 3-3

15e Drop de Trinh duc 3-6

16e Essai d’Imhoff, après avoir déposé sur l’aile Davies et halfpenny. Carter transforme 10-6

22e Essai d’Imhoff. Carter est pris au centre, mais réussi à passer le ballon, jusqu’à Imhoff. Carter manque la transformation. 15-6

28e Essai de Laulala qui suivait derrière Carter et Szarzewsky. Carter manque en coin. 20-6

33e Pénalité d’Halfpenny 20-9

39e Essai de Pelissié après un bon travail dans l’axe de Trinh duc qui lui remet en face des poteaux. Transformation d’Halfpenny 20-16

Mi-temps

46e Essai de Lauret, avec un ballon de Nyanga dans l’axe, file dans l’en-but sous les regards de Guirrado et Trinh duc. Carter passe la transformation. 27-16

56e Essai de Laulala, servi par Carter, évite Halfpenny. Carter transforme. 34-16

63e Essai de Imhoff, après un surnombre bien exploité. Carter Transforme 41-16

70e Essai de pénalité, après une mêlée du Racing 92 sanctionnée. Halfpenny transforme. 41-23

75e Essai de Belleau, après un beau coup de pied à suivre de Trinh duc. Halfpenny transforme. 41-30. Score final.

Le champion face au vice

Dimanche après-midi (16h15), le Racing 92 recevra sur ses terres le RC Toulon, adversaire de l’épique finale barcelonaise encore dans toutes les têtes. Suspens, rebondissement et mental ont agrémentés les 4 confrontations la saison dernière, alternant bras de fer et partie d’échec. Et ce n’est pas un début de saison mitigé des 2 formations (2 victoires/2 défaites) qui devrait faire déroger à la règle ce désormais classique du Top 14…

Toulon encore sous pression

Si le manque de temps dans la préparation de présaison est régulièrement avancé du côté du staff francilien, pour justifier un début de saison en dent de scie, le président du RCT n’est pas encore complètement rassuré par le successeur de Laporte, Diego Dominguez.

Avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, même après le bon résultat ramené de Toulouse (15-32), le nouveau coach sait qu’il est attendu dans de jeu. Fort heureusement, ses joueurs ont pris fait et cause pour et beaucoup savent que faire un coup à Colombes apaiserait le climat…pour un certain temps.

Une occasion pour vraiment démarrer

Battre une grosse cylindrée du Top 14, ça fait toujours du bien au moral. Surtout lorsqu’il s’agit de Toulon, une victoire vaut toujours un peu plus que 4 ou 5 points. De la confiance en plus ne comblerait peut-être pas le déficit physique, ou un manque d’automatisme, mais parviendrait à réinsuffler l’esprit de Barcelone aux nouvelles recrues. Enfin et surtout, montrer un tout autre visage que celui entrevu lors de la dernière escapade auvergnate. Le Racing 92 pourra compter sur le retour de certains cadres, ce qui devrait y contribuer…

Cauchemar en Auvergne

Non, Clermont n’est pas devenu champion de France après sa démonstration face au Racing 92 (47-10, 5 essais à 1), mais en l’humiliant chez lui de la sorte, il a effacé d’un revers de la main les dernières rancœurs de la saison passée. Les 2 promus (Lyon et Bayonne) ainsi que Pau et donc le Racing 92 sont les clubs qui ont encaissés plus de 40 points à l’extérieur lors de cette 4ème journée riche en essai (34).

Le Champion giflé

Peu de surprise quant à la surmotivation des clermontois. Nous l’avions déjà annoncé dans l’avant-match. Mais si peu de suspens (les « ciel et blanc » avaient déjà la tête sous l’eau à la mi-temps 27-3), c’est déconcertant. Certes, il s’agissait d’une ligne de ¾ quasiment inédite. Mais comment expliquer ce manque de cohésion derrière, ce manque d’initiative dans les 22 auvergnats ? La faillite a été collective et dans de trop nombreux secteurs de jeu. Seul le contexte (réception de Toulon dimanche) se fera l’avocat du Staff du Racing 92 pour défendre ce score fleuve qui devrait permettre de remettre des pendules à l’heure, surtout lorsque l’on sait que les Racingmen auront à composer d’autres équipes de ce type dans le courant de la saison.

Sean Robinson of Racing 92 during a friendly match between Toulouse and Racing 92 at Stade Ernest Wallon on August 5, 2016 in Toulouse, France. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport) (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport via Getty Images)

Saluons tout de même la performance des Clermontois qui n’ont pas tremblé une seconde pour leur retour à Marcel Michelin. De notre côté, on retiendra l’étincelle Robinson, auteur du bel essai en fin de partie.

Le Fil du match

8e Pénalité de Parra 3-0

15e Essai de Nakaitaci, servi par Lopez, il se débarrasse de Afatia puis Dambielle avant d’aplatir. Parra transforme. 10-0

19e Pénalité de Parra 13-0

23e Essai de pénalité. Vulivuli ne joue pas le ballon et est pénalisé par un carton jaune. Parra transforme. 20-0

27e Essai de Lopez, qui joue au pied au-dessus de la défense du Racing 92, après un rebond favorable, termine en plongeant dans l’en-but. Parra transforme. 27-0

35e Carton jaune pour Afatia.

38e Pénalité pour Machenaud. 27-3

Mi-temps

51e Essai de Clermont. Sur le côté, Parra fixe puis décale Nakaitaci qui termine dans l’en-but. Parra transforme. 37-3

58e Essai de Clermont. Après une pénaltouche, le maul attend un soutien et c’est Zirakashvili qui termine le travail. Lopez ne transforme pas. 42-3

65e 3ème essai pour Nakaitaci qui conclut après une série de percussions. Lopez manque la transformation. 47-3

76e Essai de Robinson. Percée de l’ailier qui échappe à plusieurs clermontois dans l’axe. Tales transforme. 47-10

Score finale 47-10 

ASM vs R92 – De simples retrouvailles ?

Ce déplacement à Clermont pour la 4ème journée de Top 14 n’est-il qu’un ordinaire rendez-vous entre 2 équipes en forme de ce début de saison 2016-2017? Alors que le dénouement de la dernière confrontation (Victoire 34-33 en demi-finale de Top 14) est teinté d’héroïsme pour les hommes de Labit et Travers, il fut tout de suite noyé dans une triste polémique arbitrale pour les auvergnats. Sauf que depuis, le Racing 92 est champion de France. Et c’est bien une nouvelle saison qui reprend…

Entre frustration et revanche

Ne soyons pas dupe. Après 3 premiers matchs invaincus à l’extérieur (1 victoire et 2 nuls), la réception du champion a été surlignée au stylo rouge par les joueurs clermontois ainsi que la « Yellow army ». Le président De Cromières bouillonne : »J’attends avec impatience, samedi, et la réception du Racing pour retrouver nos supporters et l’ambiance si particulière qu’ils donnent à notre stade ».
Un 1er succès à domicile (Clermont n’a plus gagné contre le Racing 92 depuis septembre 2014) atténuerait un peu l’amertume de Morgan Parra et ses comparses, encore présente de la dernière défaite qui, souvenons-nous, avait fait longuement polémique en Auvergne. On imagine aisément une ambiance pesante dans les couloirs de Marcel-Michelin, et sur sa nouvelle pelouse samedi soir. Personne n’envisage en effet, un revers face au Racing 92, tout champion en titre qu’il est…

Relativiser l’enjeu

Coté « Ciel et Blanc », pas question de tomber dans le panneau. Ou d’alimenter quelconque polémique. Ce déplacement sera certainement l’occasion de faire tourner un effectif très riche, et de permettre à certain de s’aguerrir en vue d’échéances futures plus… décisives. Le chemin est encore long (Travers: « Après ce match, il restera 22 journées »), et le staff semble suivre son cahier de route à la lettre. Après tout, rien ne sert de courir, il faut partir à point…

Victoire à l’expérience du jeune champion

En clôture de la 3ème journée de Top 14, le Racing 92 s’est imposé 28-14 (3 essais à 1) face au Stade Toulousain. Tel un boxeur aguerri, les Racingmen se sont ménagés une bonne mi-temps en frappant aux moments décisifs. En face, un adversaire trop timide (et maladroit) pour contester le champion en titre. Le Racing 92 s’empare donc de la 3ème place avec 9 points (derrière Brive et La Rochelle) avant le prochain déplacement à Clermont…

Elève indiscipliné, mais brillant…

Seul point noir de la soirée, la mêlée toulousaine qui a fait tourner en bourrique le pack ciel et blanc. Au final, plus de coups de sifflet que de mal. Et même lorsque les « rouge et noir » pouvaient se faire justice, Samuel Marques manqua trop souvent sa cible (3/7). Trop d’approximation aussi dans les phases offensives, associés à des défaillances individuelles (Flood, Huget…) Bref, trop peu pour faire déjouer le Racing 92, mais juste assez pour l’empêcher (avec l’aide de la sirène) de prendre un bonus offensif.

Au rayon satisfaction (encore bien rempli) les très bonnes prestations de la charnière Carter-Machenaud: de belles percées dans les lignes, amenant les essais de Le Roux (61e) puis Imhoff (79e), Dulin, infatigable relanceur, ou Laulala bien de retour au centre.

Face à des Toulousains qui avaient fait tourner l’effectif (7 changements), ce 1er test à la maison s’avère positif, on restera sur l’échappée d’Imhoff qui laisse sur place Huget en fin de match, et qui  rappellera une certaine demi-finale à Rennes…

Le fil du match

2e Pénalité de Marques 0-3

15e Pénalité de Carter 3-3

22e Pénalité de Carter 6-3

27e Essai de Pénalité pour le Racing 92, suite à un groupé pénétrant depuis les 22 toulousains, le pack racingmen est écroulé dans l’en-but. Carter transforme 13-3 (Carton jaune pour Aldegheri)

32e Pénalité de Marques 13-6

39e Pénalité de Marques 13-9

Mi-temps 13-9

61e Essai de Racing après vidéo. Machenaud s’enfonce dans les 22, rattrapé par la défense toulousaine. Le Roux a suivi et aplatit. Carter transforme. 23-9

66e Essai de Guitoune pour Toulouse, lancé dans le côté fermé. Marques manque la transformation. 23-14

78e Essai d’Imhoff après des décalages de Laulala puis Machenaud, l’argentin ne sera pas rattrapé.

Carter ne transforme pas. 28-14. Score final

Le Champion déjà à l’épreuve à Colombes !

En recevant dimanche soir (21h) le Stade Toulousain (1er et seul club à avoir gagné ses 2 premiers matchs) en fermeture de la 3ème journée de Top 14, le Racing 92 aborde une série de 3 matchs, véritable remake de la dernière phase finale de Top 14 : Réception de Toulouse (04/09), Déplacement à Clermont (10/09) puis réception de Toulon (18/09).

Le Racing 92 sur sa lancée ?

« Les trois prochaines rencontres vont nous permettre de voir où on en est » Laurent Travers

Après une première journée frustrante à Bordeaux d’où il est rentré bredouille, le Racing 92 a plutôt maîtrisé sa partie contre le LOU samedi dernier, bonus offensif en poche et quelques gestes de grandes classes sur les 4 essais. Mais après une préparation de début de saison trop courte qui a fait jaser, le champion en titre sait qu’il est attendu au tournant sur ce genre de match où c’est aussi l’occasion de prendre un ascendant psychologique sur ses probables adversaires en fin de saison. Bref, marquer au plus vite son territoire de Champion de France 2016.

Toulouse est ambitieux

Vainqueur de Montpellier (20-12) puis de Bordeaux (22-17) à domicile, le Stade viendra sans pression se mesurer au Racing 92. Si la manière n’est pas encore là, les toulousains sont allés chercher 2 victoires contre des adversaires qui leur avaient fait défaut la saison dernière. Un signe encourageant en plus de quelques recrues significatives, Ghilardini au talon ou l’international écossais Gray, qui semble s’être déjà parfaitement adapté à la touche toulousaine. Plus à la peine en mêlée, le Racing 92 pourrait insister dans ce secteur où les rouges et noirs ont été souvent pénalisés. A suivre…

Gray

Le groupe du Racing 92

Les avants :

Afatia, Ben Arous, Ducalcon, Gomes Sa, Tameifuna; Chat, Szarzewski; Carizza, Van der Merwe, Williams; Le Roux, Nyanga, Lauret, Claassen, Masoe, Missoup.

Les trois-quarts :

Chauveau, Machenaud, Carter, Dambielle, Chavancy, Tuitavake, Laulala, Rokocoko, Vulivuli, Imhoff, Dulin, Reynaert

Designed by Soccer Blogger - And Hafid MELIANI